Accueil / Tous les articles / Nos nouvelles / Le curling, nos affaires: Programmes scolaires

Le curling, nos affaires: Programmes scolaires

Dans les efforts de développer le sport de curling, il est relativement facile de cerner les problèmes qui surviennent, mais la définition et la mise en place d’une solution ne sont pas si évidentes.

(Photo S. Yachiw)

(Photo S. Yachiw)

L’une des conversations souvent entendues aux réunions de conseil d’administration de club de curling, c’est comment attirer davantage d’étudiants et étudiantes dans le sport. Et souvent les administrateurs sont à court d’idées pour réaliser cet objectif. Il ne suffit pas de louer une surface de curling à une école élémentaire et laisser le reste à l’enseignant(e), qui pourrait raisonnablement avoir aucune expérience dans le curling; ce ne serait pas une expérience enrichissante, ni pour les élèves, ni pour l’enseignant(e).

En 2012, Curl Saskatoon a identifié ce problème et a formulé une solution très réussie. L’objectif principal était de faire découvrir le curling à autant de jeunes que possible, en ciblant particulièrement ceux et celles de 6e , 7e ou 8e année. Curl Saskatoon et Samantha Yachiw, coordonnatrice des programmes pour les jeunes, ont commencé à poser la question pourquoi le curling ne faisait pas partie du programme d’éducation physique dans les écoles.

La réponse était que, pour incorporer le curling aux activités d’éducation physique, tel que le programme Curl Regina pour élèves de 6e année, il fallait apporter des changements majeurs au programme scolaire, processus difficile et jonché d’obstacles. L’autre facteur dissuasif du point de vue des écoles était les frais élevés relatifs au transport en autobus. Compte tenu de ces enjeux, Yachiw a proposé un projet de subvention «Tout le monde à bord pour le curling». À la saison 2012-2013 le programme Curl Saskatoon s’est transformé de rêve en réalité, avec le généreux appui de First Student Canada.

(Photo courtesy S. Yachiw)

(Photo  S. Yachiw)

Le programme a connu un succès fou à sa première année. Sur 77 écoles à Saskatoon, 35 ont participé au programme, une hausse importante comparée aux 15 écoles participantes de l’année précédente. Curl Saskatoon a reçu le double des réservations attendues : 142 excursions en autobus subventionné, et 1 782 jeunes participants et participantes.

«Après coup, beaucoup d’enseignant(e)s m’ont envoyé des courriels pour me dire que leurs élèves s’enthousiasmaient pour leur expérience de curling, et continuaient à en parler pendant des jours après,» remarque Yachiw. «Ce sont des enfants qui, normalement, n’auraient pas l’occasion de curler, et (ce programme) pourrait bien les amener à continuer à pratiquer le sport.»

Il ne suffit pourtant pas de subventionner le transport et une grosse partie du temps de glace. Faute de programmes de bonne qualité, beaucoup de programmes scolaires dépérissent au fil du temps. Les chiffres suffisent pour définir le succès immédiat, mais la durabilité du programme, et les efforts pour encourager les participants à devenir joueurs et joueuses de curling, sont la clé de voûte d’un tel programme, quoique souvent ignorée. Curl Saskatoon a pris des mesures pour favoriser une expérience de premier ordre pour les élèves au programme, sous l’espoir de transformer ces chiffres de court terme en curleurs à vie.

À ce titre, dix instructeurs accrédités ont été embauchés de sorte que, même s’ils avaient un(e) enseignant(e) qui n’avait aucune expérience avec le curling, les élèves aient une formation de qualité. Les enseignant(e)s qui avaient déjà une expérience dans le curling ont reçu un soutien eux aussi, pour garantir une instruction de qualité.

Curl Saskatoon a veillé à donner aux élèves un équipement sûr et d’excellente qualité. Il ne s’agissait pas de fouiller dans le bureau des objets trouvés. Grâce au soutien de Folk’s Curling Corner à Saskatoon et Goldline Curling Supplies, les jeunes ont été les fiers utilisateurs de pierres et balais neufs, tout comme les professionnels.

Yachiw indique que les enseignant(e)s «font la queue» pour la saison 2013-2014. Curl Saskatoon offre en plus un rabais de 25 pour cent aux frais du programme «Apprendre à curler» pour tout(e) participant(e) au programme «Tout le monde à bord pour le curling», en vue d’encourager les jeunes à s’adonner au curling d’une manière durable.

(Photo S. Yachiw)

(Photo S. Yachiw)

Les idées de programmes sont souvent le produit des discussions autour de la table de réunion, voire les conversations lors de ranger l’équipement ou jaser au salon. La clé du succès est une personne ou un groupe qui – à l’instar de Curl Saskatoon et Samantha Yachiw – a l’élan et la motivation nécessaires pour mener à bien le projet. (Pour en apprendre plus sur le programme Tout le monde à bord pour le curling, veuillez envoyer un courriel à Samatha Yachiw au saskatoonjrdevelopment@gmail.com)

Beaucoup des programmes et des idées mis en pratique au plus grand succès par les administrateurs de club ont été empruntés aux autres clubs, sports ou entreprises. Le développement de notre sport dépend de l’échange de ces histoires de succès, plutôt que d’essayer de réinventer la roue. Si vous avez une histoire de réussite ou un reportage sur votre programme de développement que vous aimeriez partager, ou même un problème pour lequel vous sollicitez des suggestions, envoyez un courriel à Scott Comfort au scott@scottcomfort.com