Accueil / Tous les articles / Nos nouvelles / À la maison : les retraités quittent la glace pour pratiquer le curling d’intérieur

À la maison : les retraités quittent la glace pour pratiquer le curling d’intérieur

Il n’y a pas de surface de glace dans le Centre Griffiths pour personnes âgées à Black Diamond, mais ça ne fait rien pour les joueurs de curling, Ils pratiquent le curling d’intérieur – pas de glace, pas de soucis!

Marion Broconnier dirige un lancer d’après la maison alors que son adversaire Maureen Parsons observe son coup (Photo soumise par Kim Perkins)

Marion Broconnier dirige un lancer d’après la maison alors que son adversaire Maureen Parsons observe son coup (Photo soumise par Kim Perkins)

Les joueurs lancent des pierres de bois sur un plancher ciré, et tout comme un match de curling conventionnel, on espère que le coup aboutit exactement où le capitaine souhaite. Le curling d’intérieur est quasiment identique au curling comme on le connaît ordinairement, mais il n’y a pas de brosseurs et un match de huit bouts peut se compléter en moins d’une heure.

Au dire d’Eileen Brownell, coordonnatrice de la ligue, ce passe-temps existe à Black Diamond depuis au moins 30 ans. Brownell est arrivée dans la ligue il y a huit ans, sur l’exhortation d’un ami. Elle n’a jamais joué au curling traditionnel, et elle se dit accro de cette version hors glace. Elle joue deux fois par semaine : à Black Diamond le mercredi et dans la ville voisine de Turner Valley le lundi, dans le club Valley Neighbours.

D’après Brownell, il y a une variété de facteurs qui attirent un groupe enthousiaste de plus de 50 (incluant des remplaçants) curleurs d’intérieur, année après année: «Ils apprécient particulièrement la camaraderie, et c’est une activité amusante et agréable. C’est un prétexte pour sortir et retrouver les amis.»

Brownell admet qu’elle aime gagner «autant que tout un chacun» mais il s’agit surtout d’une «compétition à l’amiable»

Elle affirme que cette version représente une variante bien plus sûre que le curling sur glace, option qui plaît notamment aux retraités.
«C’est un motif, une raison pour sortir de la maison… On pourrait se sentir un peu ennuyé ou misérable chez soi, mais si l’on sort jouer un match, ça ne manquera pas de remonter le moral,» déclare-t-elle.

Les participants dans la ligue de curling d’intérieur ont entre 50 et 93 ans. Alors que le risque de déraper sur la glace pourrait dissuader certains retraités de s’adonner à la version traditionnelle, le curling d’intérieur offre la même expérience compétitive – et sociale – sous une forme plus accessible. Les gens qui ne peuvent pas s’accroupir pour lancer ou qui sont en fauteuil roulant peuvent se servir d’un bâton pour exécuter le coup; bref, le sport s’adapte parfaitement au niveau de confort de chaque joueur.

«Il y a toujours du monde,» remarque Brownell à propos de l’enthousiasme des participants. «Même s’il fait un temps dégueulasse.»
Dave Parsons, un participant et le responsable du tableau de la compétition, a commencé à curler à l’âge de douze ans, mais arrivé à son 60e anniversaire, il a dû abandonner le sport qu’il aimait tant et qu’il pratiquait à un niveau compétitif.

«J’adore le curling, mais j’avais tellement mal aux genoux que je n’en pouvais plus,» indique Parsons. Il a de beaux souvenirs de sa carrière compétitive et il est vraiment heureux d’avoir découvert le curling d’intérieur.

Parsons est tellement accro au sport qu’il joue aussi le lundi dans une ligue de curling intérieur dans la ville voisine de Turner Valley, dans le même club de Brownell. C’est effectivement à Turner Valley qu’il a commencé à pratiquer le curling d’intérieur il y a cinq ou six ans, et il a décidé d’ajouter le programme de mercredi soir à Black Diamond à son horaire personnel.

En tant que responsable du tableau de la compétition, Parsons dirige le programme de curling d’intérieur tel que le ferait tout autre club de curling. Il établit une série de rondes à 12 équipes, avec un championnat à la fin de la saison.

«Nous avons même un trophée flambant neuf cette saison,» dit-il.

Il n’y a pas les bourses en espèces comme on voit dans certains clubs de curling à la fin d’une saison, et de raison. Moyennant seulement 10$ à 15$ pour une saison de trois mois, le curling d’intérieur coûte moins cher que la version traditionnelle.

Et les créneaux compétitifs commencent à voir le jour. Le sport sera au programme des Jeux du Canada 2014 pour les 55+ dans le Comté Strathcona, Alberta.

«Il y a un aspect compétitif, c’est une activité physique et c’est un événement social,» a résumé Parsons, pour expliquer les avantages du curling d’intérieur pour les retraités. «On croise une variété de gens qu’on ne verrait pas autrement. Et on s’amuse ensemble!»

Participants enjoy the excitement from the sidelines as well as on the playing surface (Photo courtesy Kim Perkins)

Les participants s’amusent tout autant sur la ligne de côté que sur la surface de jeu (Photo soumise par Kim Perkins)

[photo captions]

Marion Broconnier dirige un lancer d’après la maison alors que son adversaire Maureen Parsons observe son coup (Photo soumise par Kim Perkins)

Les participants s’amusent tout autant sur la ligne de côté que sur la surface de jeu

Le curleur d’intérieur Pete Louth lance une pierre de bois