Essais canadiens « Roar of the Rings » 2013
Presented by Monsanto

Les meilleurs curleurs du Canada songent déjà à Sotchi

L’Association canadienne de curling m’a demandé de rédiger une série de blogues pour www.curling.ca afin de donner un aperçu des préparatifs des curleurs en vue des essais canadiens de curling Roar of the Rings Tim Hortons, qui se tiendront en décembre.

Je ne suis pas certain si on m’a demandé de bloguer en raison de ma capacité de prose au sujet du curling, comme on l’a constaté sur le site Web teamkoe.ca, ou s’il s’agit d’une nouvelle initiative pour donner aux premiers et deuxièmes joueurs plus de publicité, mais j’ai sauté sur la chance d’établir un contact avec les partisans sur cette plate-forme.

Nolan Thiessen, à gauche, et son coéquipier Carter Rycroft balaient une pierre alors qu’ils portent les couleurs canadiennes au Championnat du monde de curling masculin 2010 en Italie. (Photo : ACC/Michael Burns, fils)

Nolan Thiessen, à gauche, et son coéquipier Carter Rycroft balaient une pierre alors qu’ils portent les couleurs canadiennes au Championnat du monde de curling masculin 2010 en Italie. (Photo : ACC/Michael Burns, fils)

J’ai pensé que la Série de l’excellence olympique (SEO), à laquelle j’ai eu le privilège d’assister au début de mai cette année, serait un excellent point de départ. J’étais au nombre de neuf curleurs canadiens qui ont pu assister à l’événement à Vancouver et je peux dire, personnellement, que j’ai quitté l’événement avec un plus grand sentiment de patriotisme que je n’ai jamais ressenti dans ma vie.

J’ai pu assister au même événement en mai 2009, avant les Jeux olympiques de Vancouver, et le plus gros changement que j’ai ressenti à l’événement a été la confiance absolue que nous avions les uns dans les autres en tant qu’athlètes amateurs. Les Jeux olympiques de Vancouver ont non seulement fait ressortir un grand sentiment de patriotisme chez tous les Canadiens, mais ils ont aussi montré à notre pays que nous pouvons concourir et dominer aux niveaux les plus élevés du sport. Étant dans cette pièce, avec tous les autres athlètes canadiens, de toutes les disciplines olympiques, on pouvait se rendre compte que tout le monde était tellement fier d’être Canadien et fier de pouvoir concourir avec de l’équipement arborant la feuille d’érable. Le Canada s’attend à présent à gagner et remporter des médailles dans tous les sports aux Jeux olympiques, non seulement au curling et au hockey.

La SEO comptait un grand nombre d’excellents présentateurs et leurs histoires ont inspiré tout le monde. Du chef de mission Steve Podborski et du chef adjoint Jean-Luc Brassard à Simon Whitfield et Clara Hughes, des athlètes olympiques canadiens intronisés au Temple de la renommée ont raconté leurs histoires et nous ont inspirés pendant toute la fin de semaine.

Comme beaucoup d’entre vous, je suis mordu des Jeux olympiques. Depuis que le flambeau olympique est passé dans la ville de Brandon, au Manitoba, lorsque j’étais âgé de sept ans avant les Jeux de Calgary de 1988, j’ai été passionné des Jeux olympiques et j’ai toujours considéré que les athlètes olympiques de ce pays étaient très spéciaux. Ils ne concourent pas pour des millions de dollars; ils concourent parce qu’ils aiment leur pays et aiment concourir. Rencontrer les athlètes que j’avais regardés à la télévision et entendre leurs histoires m’a permis de me rendre compte que c’est possible, que le rêve olympique est possible pour moi et pour l’équipe Koe.

Mon présentateur favori de la fin de semaine a été l’entraîneur en chef de l’équipe canadienne féminine de soccer, John Herdman. En tant qu’ancien joueur de baseball, je n’ai jamais trop aimé le soccer, mais j’étais complètement fasciné, en août 2012, lorsque nos filles non favorites ont lutté (étant rudoyées par l’arbitre norvégien) contre les Américaines fortement favorisées.

Quelques-uns des meilleurs curleurs au Canada ont assisté à la Série de l’excellence olympique, à Vancouver, y compris, à partir de la gauche, Jeff Stoughton, Mike McEwen, Chelsea Carey, Kaitlyn Lawes, Alison Kreviazuk, Stefanie Lawton et Heather Nedohin. (Photo : ACC)

Quelques-uns des meilleurs curleurs au Canada ont assisté à la Série de l’excellence olympique, à Vancouver, y compris, à partir de la gauche, Jeff Stoughton, Mike McEwen, Chelsea Carey, Kaitlyn Lawes, Alison Kreviazuk, Stefanie Lawton et Heather Nedohin. (Photo : ACC)

Il n’a pas ressassé la déception de la demi-finale, se concentrant plutôt sur l’un des points clés de son allocution sur le match de la médaille de bronze pour nos filles contre la France. Comme tous ceux qui ont vu le match le savent, le jeu a trouvé nos filles, mais elles se sont démenées et ont fait preuve de courage jusqu’à la fin lorsqu’un but, dans les tout derniers moments du match, leur a valu la médaille de bronze. Le vrai esprit canadien et le combat certainement à leur meilleur, une équipe « faisant tout en son pouvoir » pour une médaille. Il a estimé que cette équipe avait gagné parce qu’elle se compose de bonnes personnes. Il a dit que dans l’ensemble les Canadiens sont simplement de bonnes personnes; nous nous traitons avec respect les uns les autres, nous travaillons dur… et, en fin de compte, de bonnes choses arrivent aux bonnes personnes. Il a ensuite demandé à nous, les athlètes, si nous étions de bonnes personnes?

Le principal point qui m’a touché dans son allocution concernant mes préparatifs en vue des essais portait sur la dernière fois qu’on aurait eu un moment où un s’exclame « Ô mon Dieu! ». D’après lui, qu’est-ce que la vie sans être capable d’avoir quelques moments pareils? J’imagine qu’à notre réveil le dimanche matin du 8 décembre, sachant qu’on serait sur le point de jouer dans les finales des essais, ce serait un moment « Ô mon Dieu! » et j’aimerais pouvoir vivre un tel moment et exceller, je l’espère, sous cette pression. Qui ne voudrait pas avoir cette occasion, pourquoi donc la craindre?

L’allocution de John a vraiment stimulé le patriotisme lorsqu’il a commencé à discuter de l’hymne national. Il a dit que nous devrions être fier de notre hymne et vraiment écouter la signification des mots. « Ton histoire est une épopée », « Des plus brillants exploits » – de puissantes déclarations et paroles dont nous devrions être fier lorsque nous entendons notre hymne national. Il va sans dire qu’à la fin de son allocution, tous les athlètes et les membres du personnel de soutien étaient tellement fiers d’être Canadiens et fiers d’être de potentiels olympiens du Canada. C’est drôle qu’un Anglais ait créé ce genre de réaction dans un groupe de Canadiens.

Être une bonne personne, ne pas craindre les moments « Ô mon Dieu! » dans la vie et être fier d’être Canadien. Toutes ces qualités ajoutées à l’ardeur au travail requise sont des traits sur lesquels les curleurs canadiens peuvent compter en allant de l’avant.

Sur le vol de retour au terme de la fin de semaine, j’ai pensé aux nombreux moments excitants que la fin de semaine a offert à moi-même et à tous les athlètes et je suis excité de ce que ça signifie d’être un olympien canadien et j’espère sincèrement avoir la chance d’en faire l’expérience en février 2014 (bien qu’il y ait tant de nombreuses excellentes équipes qui aimeraient avoir leur mot à dire à cet égard!).

Facebook