Essais canadiens « Roar of the Rings » 2013
Presented by Monsanto

Il ne peut se faire sans soutien familial

Dans un de mes précédents blogues ici à curling.ca, j’ai parlé de l’effort qu’il faut et le dévouement que nous, les joueurs de curling, avons besoin pour devenir des élites. Nous devons pratiquer, travailler notre condition physique, nous rendre à des tournois et faire des sacrifices pour accomplir tout ce qu’il faut pour être la dernière équipe encore en vie en décembre.

Nolan Thiessen, le dos, avec sa famille — de gauche à droite, épouse Christine, sa belle-fille Tyra et sa belle-fille Taylor — curling au championnat du monde des hommes du monde 2010 en Italie. (Photo, courtoisie Nolan Thiessen)

Nolan Thiessen, le dos, avec sa famille — de gauche à droite, épouse Christine, sa belle-fille Tyra et sa belle-fille Taylor — curling au championnat du monde des hommes du monde 2010 en Italie. (Photo, courtoisie Nolan Thiessen)

Ce que les médias ne rapportent à peu près pas après le curling, ce sont les sacrifices que nos familles et les gens qui nous accordent leur soutien doivent faire pour nous aider à atteindre nos objectifs.

Tous les joueurs aux Essais canadiens Roar of the Rings Tim Hortons 2013 ont une personne qui se sacrifie pour eux afin qu’ils puissent poursuivre leur rêve. Beaucoup de joueurs de curling ont des emplois où leurs patrons accordent des congés pour diverses activités de formation ou ils gèrent leurs propres entreprises et ont des employés qui accomplissent des travaux supplémentaires pour les remplacer quand ils sont à la poursuite du rêve olympique.

Belle-fille Tyra les vagues de Nolan Thiessen le drapeau canadien alors qu'il était assis sur les épaules Jayden, le fils de l'équipe Koe second Carter Rycroft, au Championnat du monde 2010. (Photo, courtoisie Nolan Thiessen)

Belle-fille Tyra les vagues de Nolan Thiessen le drapeau canadien alors qu’il était assis sur les épaules Jayden, le fils de l’équipe Koe second Carter Rycroft, au Championnat du monde 2010. (Photo, courtoisie Nolan Thiessen)

Pour l’équipe de Koe, nos femmes et nos familles sont celles qui font les sacrifices les plus importants pour nous aider à viser ce rêve. Nous quatre avons des femmes et de jeunes familles et lorsque nous partons pour des week-ends d’entraînement ou de compétitions; leurs vies ne s’arrêtent pas là pour attendre notre retour.

Les enfants doivent toujours se rendre à l’école et en revenir chaque jour, ils ont besoin de participer aux  sports ou aux activités parascolaires à l’école et nos femmes ont des emplois et des activités qu’elles apprécient. C’est une corvée dans le meilleur des cas lorsque les deux parents sont présents pour dépanner, mais quand nos épouses sont laissées seules pour tout faire, ça met de la pression sur la famille afin de tout faire. Nous devons trouver une formule quelconque d’avant et après l’école ou tout simplement une aide des grands-parents afin que tout se fasse.

Au cours de notre premier événement de la saison au début de septembre, nous nous envolons mercredi soir pour nous rendre à Oakville. Voici ce à quoi ce week-end de ma femme ressemblait après mon départ : notre enfant de 15 ans avait une partie de ringuette jeudi (ma femme est co-entraîneur de l’équipe) et l’exercice de samedi après-midi et de dimanche. Notre fille de 10 ans avait deux sessions de quatre heures de gymnastique et son premier programme d’essai de la saison de ringuette. Ma femme était également en compétition dans une course Spartan (14km de course dont 21 obstacles tout au long du parcours) avec la femme de Marc Kennedy, samedi matin. Oh oui, nous avons un garçon de 9 mois qui a besoin de notre attention de temps en temps!

Inutile de dire que ce n’était pas le meilleur week-end pour aller jouer au curling, mais ma femme, mes beaux-parents et les enfants ont fait en sorte que tout le monde soit casé et le week-end a été un succès. Quand j’ai appelé la maison et quand j’ai envoyé un texto à ma femme et à mes enfants, je rien entendu de négatif sur mon absence; tout ce qu’ils parlaient était de ce qui se passait à la maison, comment leurs épreuves sportives se sont déroulées et ils se sont informés de notre tournoi à Oakville.

Entendons-nous bien, ce n’est pas toujours un succès retentissant lorsque nous en sommes au loin. Quand ma femme doit courir partout et que mon week-end est rempli de curling, de siestes, de repas dans des bons restaurants et plus de curling, c’est elle qui a hérité des mauvais moments de cette équipe. C’est stressant pour ma femme et je le sais, mais elle appuie mon rêve et est enthousiaste face à cette occasion exceptionnelle pour toute notre famille.

C’est la meilleure partie du rêve olympique pour ma famille (et probablement pour chacune des familles au Roar of the Rings). Ce n’est pas seulement mon rêve en tant que joueur, c’est le rêve de la famille en entier. Tout le monde est nerveux pour cette saison et ce qui pourrait arriver si l’équipe Koe joue bien en décembre. Mes filles me rappellent constamment qu’elles aimeraient prendre un mois de congé de l’école en février pour un voyage en Russie et pouvoir rencontrer des athlètes comme Sidney Crosby et tout le monde dans l’équipe olympique canadienne (nous les curleurs faisons partie des vieilles nouvelles pour elles) et découvrir ce qu’est d’être aux Jeux olympiques.

Toute la famille est venu en Italie en 2010 pour les Championnats du monde et ce sont des souvenirs incroyables, souvenirs que nous nous remémorons à ce jour. Ayant la chance de pouvoir fournir plusieurs de ce genre de souvenirs à ma famille au mois de février est très excitant et sans leur soutien, il serait impossible. La bonne nouvelle est que je sais qu’ils sont derrière moi à 100 %.

Facebook