Accueil / Tous les articles / Nos nouvelles / Joueur légendaire Neil Harrison décède

Joueur légendaire Neil Harrison décède

L’un des meilleurs premiers dans l’histoire du curling est décédé.

Neil Harrison, double champion mondial dans l’équipe du capitaine légendaire Ed Werenich (1983 en tant que premier, 1990 en tant que remplaçant), est décédé tôt lundi matin, à l’âge de 64 ans.

Capitaine Neil Harrison et l'entraîneur Rick Lang tiennent en haut le trophée de la Coupe continentale WFG ils ont gagné en 2011. (Photo, ACC / Michael Burns)

Capitaine Neil Harrison et l’entraîneur Rick Lang tiennent en haut le trophée de la Coupe continentale WFG ils ont gagné en 2011. (Photo, ACC / Michael Burns)

Au sommet de sa carrière, il était un des meilleurs premiers dans le sport, et il était à l’avant-garde de la tendance pour se spécialiser dans ces postes. Il a gagné à six reprises le Purple Heart au Brier en représentant l’Ontario, et en 1991 il a été intronisé au Temple de la renommée du curling canadien.

«Son décès laissera un grand vide, évidemment,» a constaté Russ Howard, un autre membre du Temple de la renommée, qui a joué contre Harrison pendant beaucoup d’années en Ontario, et qui a joué dans la même équipe que lui pendant deux ans, vers la fin des années 1990. «Je n’ai aucun doute que c’était le premier des joueurs de curling de l’ère moderne qui a déclaré qu’il allait se perfectionner dans son poste. Dans le passé, le premier était le plus souvent le talon d’Achille de votre équipe, c’était le poste attribué au joueur le plus faible. Mais il était tellement doué comme joueur — il a apporté un changement positif dans chaque équipe pour laquelle il jouait.»

Howard a rappelé que Harrison a été un pionnier en ce sens qu’il a compris certaines des fines nuances du curling – qui sont aujourd’hui tenues pour acquises – bien avant ses pairs.

«Nous concourions dans une finale et il y avait une bourse de 40 000$. Or, pendant toute la semaine, je lançais mes placements avec trop de vigueur. Je devais faire un placement dans le cercle des quatre pieds pour l’emporter sur Kerry Burtnyk,» a raconté Howard. «J’ai lâché de la pierre et j’ai tout de suite commencé à crier arrête, arrête. Mais Neil avait baissé la tête et il brossait comme un fou. Et cette pierre a abouti dans le centre de la maison. Nous avons quitté la piste et nous sommes allés boire une bière, et j’ai dit alors à Neil, ‘Pourquoi tu brossais? J’ai lancé avec trop de pesanteur, j’avais fait ça toute la semaine’. Il m’a répondu que oui, c’était trop vigoureux, mais il n’y avait aucune rotation, donc il savait que la pierre allait ralentir d’elle-même. Et c’était le propre de Neil; il était en avance sur son temps pour comprendre ce genre de truc.»

Harrison était tout aussi apprécié en dehors de la piste, Howard a rappelé dans un sourire.

«Neil Harrison avait une telle présence,» a-t-il déclaré. «C’était un de ces gars avec qui on voulait aller boire une coupe et jaser.»