Championnat mondial de curling féminin Ford 2014
Presented by Booster Juice

Les équipes doivent être au sommet de leur forme pour prévaloir aux Mondiaux Ford

Considérez le groupe de 12 équipes qui concourt cette année au Championnat mondial Ford 2014 de curling féminin, présenté par Booster Juice.

Suisse capitaine Binia Feltscher montre son intensité au cours de la perte de jeudi à la Russie. (Photo, ACC / Michael Burns

Suisse capitaine Binia Feltscher montre son intensité au cours de la perte de jeudi à la Russie. (Photo, ACC / Michael Burns

Même à considérer seulement les équipes qui se qualifient aux éliminatoires Page de cette fin de semaine, ou les trois équipes qui combleront les marches du podium dimanche soir dans l’aréna Harbour Station à Saint-Jean, NB, rien ne garantit qu’aucune de ces équipes soit au Championnat Mondial 2015 de curling féminin, présenté par Ford du Canada, à Sapporo, Japon.

Seulement l’équipe du pays d’accueil, les Japonaises, qui ne concourent pas cette semaine à Saint-Jean — a une place garantie. Les onze autres équipes? Bon, elles auront à surmonter encore de la pression et d’autres défis avant de se payer le billet au Japon l’an prochain.

«Je crois que c’est juste,» a déclaré la capitaine russe Anna Sidorova jeudi matin après une victoire clé 8-5 sur la Suisse Binia Feltscher pour se garantir au moins un bris d’égalité à Saint-Jean. «Beaucoup d’équipes veulent jouer aux championnats européens et beaucoup d’équipes veulent jouer aux Mondiaux. Et tout le monde peut y jouer, mais il fait être prête à lutter pour avoir ce droit. C’est mon avis à moi. Il y a seulement 12 équipes ici (aux Mondiaux Ford) et si on veut faire partie de ce groupe, il faut se montrer à la hauteur, et prête à livrer la bataille.»

Capitaine russe Anna Sidorova apparemment n'aimait pas ce plan, mais elle a fait assez pour battre la Suisse jeudi matin. (Photo, ACC / Michael Burns)

Capitaine russe Anna Sidorova apparemment n’aimait pas ce plan, mais elle a fait assez pour battre la Suisse jeudi matin. (Photo, ACC / Michael Burns)

Les douze équipes aux Mondiaux masculins et féminins se constituent ainsi : deux équipes de la zone des Amériques (incluant le pays d’accueil, le cas échéant), deux équipes de la zone Asie-Pacifique (incluant le pays d’accueil, le cas échéant) et huit équipes de l’Europe (encore, incluant le pays d’accueil, le cas échéant).

Les équipes de la zone Asie-Pacifique se qualifient au championnat régional Asie-Pacifique en fin d’automne : les deux premières équipes au classement ont le droit de continuer aux Mondiaux. Si vous n’apportez pas un jeu de premier ordre, vous ne continuez pas.

Les équipes européennes se qualifient aux championnats européens au mois de décembre. Les sept premières équipes au classement du groupe A gagnent une place aux Mondiaux pour leurs pays, alors que l’équipe qui termine au huitième rang (ou septième rang quand le championnat du monde se tient en Europe) doit s’affronter à l’équipe gagnante au groupe B dans un mini-tournoi de trois matchs pour décider la dernière place pour l’Europe aux Mondiaux.

Encore une fois, si vous ne jouez pas à votre mieux, vous ne continuez pas.

Dans la zone des Amériques, entre le Canada et les États-Unis, l’équipe qui a fini au meilleur rang au championnat mondial de l’an précédent gagne une place aux Mondiaux suivants. L’équipe qui finit au rang inférieur peut être mise au défit par un autre pays dans la zone des Amériques, et une victoire là n’est pas chose certaine. Des équipes brésiliennes ont troublé le jeu pour les Américains dans le passé en compétition masculine, et le Brésil se passionne de plus en plus pour le curling à cause de ses intérêts olympiques.

Encore une fois, la performance face à une pression intensive est la seule façon pour se qualifier aux Mondiaux — et rien n’est garanti une fois qu’on y arrive.

C’était le scénario qui se dessinait pour aborder la dernière journée des préliminaires, jeudi à Saint-Jean : aucune des quatre places aux éliminatoires Page n’était encore certaine.

Suède capitaine Margaretha Sigfridsson, à gauche, et vice-aller Maria Prytz discuter de la stratégie. (Photo, ACC / Michael Burns)

Suède capitaine Margaretha Sigfridsson, à gauche, et vice-aller Maria Prytz discuter de la stratégie. (Photo, ACC / Michael Burns)

C’était toujours le cas d’ailleurs après la ronde du matin, avec cinq équipes toujours dans la course aux quatre places, incluant la Canadienne Rachel Homan, dont l’équipe d’Ottawa a une fiche 8-1 et qui avait été exemptée de cette ronde. Le Canada va jouer deux matchs consécutifs jeudi à 14h30 (fuseau horaire de l’Atlantique) contre la Chinoise Sijia Liu (6-4) puis à 19h30 une confrontation contre son adversaire principale, la Suédoise Margaretha Sigfridsson (8-2).

Les Suédoises ont rayé de leur esprit la défaite qu’elles avaient subie mercredi soir aux mains des Suisses pour remporter une victoire décisive 10-4 sur la Chine et se payer, au minimum, un bris d’égalité.

«Il nous importait de mener aujourd’hui, plutôt que de nous rattraper comme hier, donc voilà l’objectif de la journée, et oui, le match s’est bien déroulé,» a affirmé Sigfridsson. «Ce n’était pas parfait, mais nous en sommes satisfaites. Tout dépend de nous maintenant, avec un match qui reste à contester dans le tournoi à la ronde, et nous sommes contentes d’où nous en sommes.»

Pour aborder la ronde d’après-midi, le Canada affiche un dossier 8-1 pour mener au classement; les Suédoises, les Suisses et les Russes sont juste derrière à 8-2 et la Coréenne du Sud Ji-sun Kim a une fiche 7-3; il lui faut une victoire sur l’Écossaise Kerry Barr (2-7) jeudi soir, et il faut également qu’une des équipes avec deux défaites perde un autre match cet après-midi ou ce soir, ou bien que le Canada perde tous ses deux matchs, pour obliger un bris d’égalité, vendredi à 14h30.

Les Coréennes du Sud sont toujours dans la course en vertu d’une victoire 8-6 sur l’Américaine Allison Pottinger (5-5), qui ne continuera pas aux éliminatoires. Dans l’autre match du matin, l’Allemande Imogen Lehmann (2-8) l’a emporté 6-4 sur la Lettone Evita Regža (1-9).

Les quatre premières équipes aux préliminaires continuent aux éliminatoires Page : les équipes aux premier et deuxième rangs s’affronteront pour décider laquelle continue directement dans la finale de dimanche (19h30, fuseau horaire de l’Atlantique). L’équipe qui perd dans ce match contestera la demi-finale (samedi à 14h00) contre la gagnante au match trois-quatre. Les équipes vaincues en demi-finale et au match trois-quatre disputeront la médaille de bronze dimanche à midi.

Toutes les rondes dans lesquelles les Canadiennes jouent au Championnat mondial Ford 2014 de curling féminin, ainsi que toutes les éliminatoires, seront diffusées sur TSN/RDS2, partenaire officiel de radiodiffusion de la Saison des Champions.

Le pointage et le classement en direct sont accessibles au : http://www.curling.ca/scoreboard/?e=58

Pour acheter des billets au Championnat mondial Ford de curling féminin, présenté par Booster Juice, visitez le: http://www.curling.ca/2014worldwomen-fr/billets/