Tous les articles / Nos nouvelles / Les équipes canadiennes récoltent une médaille d’or, une médaille d’argent au Mondial de curling sénior

Les équipes canadiennes récoltent une médaille d’or, une médaille d’argent au Mondial de curling sénior

Samedi fut une journée mémorable pour Équipe Canada au Mondial de curling sénior.

Premièrement, l’équipe haligonienne dirigée par Colleen Jones a mis la main sur une onzième médaille d’or pour le Canada sur l’histoire du Mondial sénior féminin, remportant une victoire sans appel 10-5 sur la Suissesse Cristina Lestander.

Équipe Canada célèbre sa victoire en médaille d’or féminine chez les Seniors du monde. (Photo, World Curling Federation / Céline Stucki)

Ensuite, Bryan Cochrane et son équipe d’Ottawa ont poussé jusqu’au bout le champion du monde en titre, le Suédois Mats Wranå, avant de s’incliner 5-4 en bout supplémentaire lorsque Wranå a exécuté un placement ouvert au cercle des quatre pieds face à deux marqueurs adverses.

C’était une victoire débordant de sentiment pour Jones et ses coéquipières — troisième Kim Kelly, deuxième Mary Sue Radford, première/vice-capitaine Nancy Delahunt et l’entraîneure Helen Radford.

Jones, sextuple championne au Tournoi des Cœurs et double championne du monde, portait la feuille d’érable pour la première fois depuis sa victoire à la finale du Mondial Ford 2004 de curling féminin en Suède.

Treize ans plus tard, affirmait Jones, c’était tout aussi émouvant de gagner un titre mondial au niveau sénior.

«Une victoire c’est une victoire. Quand on gagne à ce niveau-ci, au niveau mondial, l’euphorie est tout aussi forte,» a-t-elle dit. «S’il y avait une façon de conserver ce sentiment et le vendre en boîte, vous seriez multimillionnaire. C’est une joie dans laquelle on veut baigner pour toute la vie. On pourrait même dire que la victoire à cet âge est encore plus douce que chez une personne de 21 ans ou de 39 ans, puisqu’on vieillit et il y a bien plus de travail, plus d’effort nécessaires pour maintenir les habiletés et le talent à cet âge. C’est un effort constant d’améliorer son jeu.»

Les Canadiennes, qui avaient abordé la finale avec un dossier parfait 8-0, ont pris le contrôle sans tarder et n’ont jamais permis à leur adversaire de monter une attaque.

Lestander avait le marteau au premier bout mais elle a fait un coup franc dans sa tentative de blanchir le premier bout, passant le marteau aux Canadiennes, qui l’ont fait payer cher son erreur, avec trois points au deuxième bout et un vol de trois points de plus au troisième bout.

Le capitaine suédois Mats Wranå saute de joie après avoir fait son tirage au sort. (Photo, World Curling Federation / Céline Stucki)

La Suisse a su riposter avec trois points au quatrième bout, mais Jones a réussi un placement pour trois au cinquième bout et en a volé un autre au sixième bout. La Suisse a marqué un point au septième bout avant de tendre la main.

«C’est vraiment agréable d’avoir terminé le tournoi, d’avoir remporté un titre mondial – je suis au septième ciel,» a déclaré Jones. «Hier soir, au coucher, nous éprouvions toutes une énergie nerveuse. Kim et moi nous sommes réveillées et nous sommes demandé si on avait dormi. Pas beaucoup, mais suffisamment. Nous sommes aux anges.»

Effectivement, l’énergie est si positive et si puissante que Jones affirme qu’elle n’a pas fini de viser des championnats nationaux et mondiaux avec son équipe.

«J’ai plein de réserves, je pense,» a-t-elle affirmé dans un sourire. «Il faut demander aux coéquipières pour savoir si elles sont sur la même longueur d’onde, mais je pense qu’elles relèvent encore mieux que moi le défi d’améliorer sur notre performance, Je pense que cette victoire est aussi un renouvèlement qui nous confère un nouvel élan. C’est un bel objectif à viser, quel que soit l’âge qu’on a, et spécialement à notre âge.»

À la finale masculine, Cochrane, son vice-capitaine Ian MacAulay, deuxième Doug Johnston, premier Ken Sullivan, le remplaçant Howard Rajala et l’entraîneur Bill Tschirhart ont été un peu lents à démarrer contre les Suédois, affichant un déficit de 3-0 après les trois premiers bouts. La Suède a marqué un point avec le marteau au premier bout, puis a volé des points aux quatrième et cinquième bouts, tirant parti d’erreurs de la part de Cochrane.

Le deuxième canadien Doug Johnston met un peu plus sur ce coup pendant le match de la médaille d’or. (Photo, World Curling Federation / Céline Stucki)

Le Canada avait la possibilité d’enregistrer deux points au quatrième bout; avec un marqueur établi, Cochrane a tenté une sortie montée angulaire mais son coup est passé à l’intérieur et a fini par dévier, laissant un marqueur adverse dans les cercles. Au cinquième bout, Cochrane a mis juste un brin de trop de force à son placement au cercle des quatre pieds.

Mais les Canadiens ont su remonter la pente avec deux points à chacun des sixième et huitième bouts; les Suèdois ont récolté un seul point au septième bout.

En bout supplémentaire, le Canada avait des marqueurs à l’arrière du cercle des quatre pieds et à l’avant du cercle des huit pieds, pour obliger Wranå à réussir un placement ouvert. Le Suédois à lancé parfaitement pour sceller l’affaire.

«Ce n’était pas notre meilleur effort, mais je suis fier de notre acharnement; nous ne nous sommes pas laissés faire, et nous avons obligé le capitaine à réussir un coup splendide,» a déclaré Cochrane. «Ces gars-là sont de très bons joueurs; ils ont gagné (la médaille d’or) l’an dernier, et en fin de compte c’était une partie grisante et agréable. Je suis fier de notre équipe; nous avons bien joué tout au long de la semaine. Il n’y a aucune raison pour avoir honte.»

C’est le moins qu’on puisse dire. Les Canadiens ont abordé le match pour la médaille d’or avec un dossier parfait; ils en sont sortis vice-champions, et ils ont porté la feuille d’érable avec distinction et fierté.

«À l’âge de 59 ans, j’enfile la feuille d’érable pour la première fois, et c’est un moment fier pour nous tous,» a dit Cochrane. «Lorsque nous y sommes arrivés, nous avions les nerfs en boule – nous tenions à présenter notre meilleur effort devant la nation. Et nous avons accompli cette mission – nous avons bien joué pendant toute la semaine. J’aurais aimé mieux jouer aujourd’hui, mais c’est comme ça le curling. Nous sommes fiers de ce que nous avons achevé cette semaine.»

Pour suivre le progrès d’Équipe Canada, visitez le www.curling.ca. Suivez-nous sur Twitter, @curlingcanada.