Tous les articles / Nos histoires / Blogue de l’équipe canadienne de Pyeongchang 2018 : John Morris

Blogue de l’équipe canadienne de Pyeongchang 2018 : John Morris

par John Morris (joueur canadien de curling double mixte)

Cela a été une journée intéressante à bien des égards, mais nous l’avons couronnée par une belle victoire sur les États-Unis. C’était  un match difficile puisque Becca et Matt Hamilton sont de chers amis à nous, mais en même temps il nous était très important de gagner ce soir étant donné que nous avions déjà essuyé une défaite à notre première partie ce matin.

Photo, World Curling Federation/Curling Canada/Michael Burns)

Je n’avais pas été pas dans mon état normal durant cette première partie; normalement j’ai un jeu beaucoup plus fin, mais à ce match-là j’ai raté trois coups clés, les sortes de coups que j’ai l’habitude de réussir. Mais ce n’est pas la peine de bouder, de sombrer dans le doute et l’anxiété.

Entre les deux matchs d’aujourd’hui, j’ai pu voir mes proches, et c’était génial. Nous avons joué aux cartes et nous sommes relaxés ensemble. Nous avons joué au Crib et un jeu qui s’appelle 9-5-2 que Kevin Martin m’avait appris.

Photo, World Curling Federation/Curling Canada/Michael Burns)

Et nous sommes allés dîner dans un restaurant coréen où personne ne parlait anglais. Pour commander les mets, nous avons indiqué du doigt des images affichées sur le mur.  On nous a servi le premier plat et je pense que c’était des viscères de poisson. Puis le second était tellement piquant que mon père s’est mis à pleurer. Nous nous demandions s’il tombait malade; nous pensions qu’il pleurait notre défaite, mais non, c’était les épices dans ce qu’il mangeait.

Nous n’avons pas vraiment discuté de la partie du matin. Vous savez – mes parents me connaissent très bien, et ils savent que dans la foulée d’une défaite difficile comme celle-là, ce n’est pas la peine d’en discuter longuement. J’apprécie beaucoup le fait qu’ils sont si positifs. Nous avons jasé de tout et de rien, à part le match. Ils me connaissent trop bien et ils savent que je n’aime pas chercher la puce, m’étendre sur le sujet. Donc cela fait du bien d’avoir mes parents ici.

Nous nous sentions fins prêts pour le match du soir, mais la navette entre le Village des athlètes et l’aréna a été retardée, et nous avons été bloqués dans un embouteillage, donc le stress est monté en flèche dans le bus. Mais tout compte fait, c’était une distraction pas si négative.

Toutes les équipes qui jouaient ce soir, à part la Corée du Sud, étaient dans le bus. Nous étions assis avec les Hamilton et Marcel Rocque, les joueurs chinois — c’était une fête, quoi. Évidemment, c’était très frustrant d’être en retard pour nos matchs, mais nous nous sommes débrouillés. En fin de compte, nous avons enfin réussi à nous rendre au centre de curling lorsqu’un des entraîneurs chinois a consulté les cartes de Google et a montré au chauffeur la route à prendre.

Nous y sommes parvenus juste à temps, et je pense que Kaitlyn et moi avons usé des leçons tirées du premier affrontement pour présenter un excellent niveau de jeu ce soir. Nous faisons face à deux adversaires formidables demain : la Chine à la séance du matin (jeudi à 18h30, fuseau horaire de l’Est) puis la Finlande en après-midi, à 23h30 HE. Puis nous retrouverons des amis pour regarder les cérémonies d’ouverture; nous n’y participons pas puisque nous avons un match tôt le matin samedi, mais nous allons certainement goûter de l’esprit d’Équipe Canada!

Merci à tous et à toutes pour votre appui. Nous apprécierions votre encouragement demain!

(John Morris est un des deux membres de l’équipe canadienne de curling double mixte, et ce sont ses deuxièmes Jeux Olympiques. Visitez régulièrement le curling.ca pour lire les blogues et reportages des athlètes et entraîneurs canadiens qui participent aux Jeux Olympiques d’hiver.)