HISTORIQUE DE LA COUPE CONTINENTAL DE CURLING

La première édition de la Coupe Continental de curling – une compétition de style Coupe Ryder – s’est tenue à Regina, du 7 au 10 novembre, 2002, après des années de discussions entre l’Association canadienne de curling (maintenant appelée Curling Canada), la Fédération mondiale de curling (FMC) et l’United States Curling Association (USCA).

Les organisations ont convenu d’une structure selon laquelle les équipes concourraient dans diverses disciplines avec divers points en jeu : doubles mixtes (36), matchs d’équipe (72), simples (32) et matchs de skins (260). Le premier camp à accumuler 201 des 400 points disponibles serait déclaré champion.

Personne ne savait à quoi s’attendre de cet événement unique qui avait été conçu pour susciter un intérêt mondial envers le sport. Mais, le déroulement de la Coupe inaugurale n’aurait pu être préparé d’avance de façon plus dramatique, ni lancé avec plus d’enthousiasme mêlé d’angoisse.

L’équipe nord-américaine se composait de quatre équipes du Canada et de deux équipes des États-Unis. Les équipes canadiennes comprenaient les gagnants des épreuves de sélection canadiennes de 2001, du Tournoi des Cœurs de Scott de 2002 et du Nokia Brier de 2002. L’USCA a sélectionné ses champions nationaux en titre. La WCF et ses nations membres ont sélectionné des équipes pour représenter l’équipe européenne, avec une équipe masculine et une équipe féminine d’Écosse ayant des places garanties.

Le titre du championnat était en jeu dans le dernier match de skins masculin entre Kevin Martin, du Canada, et Peja Lindholm, de Suède. Les équipes ont amorcé la huitième et dernière manche (valant 13 points) avec un score global de 194-193 en faveur de l’équipe nord-américaine, après que Lindholm ait laissé Martin voler 20 points à la septième manche du match de skins tout en gardant le marteau.

Tout dépendait de la dernière pierre de la dernière manche. Lindholm a été tenu d’essayer une difficile montée double de 20 pieds avec sa dernière pierre, mais n’a pu déplacer un lancer de placement de Martin. L’équipe nord-américaine a pu subtiliser les 13 points pour réclamer le premier titre de la Coupe Continental.

En 2003, la Coupe Continental s’est déroulée à Thunder Bay, Ontario, et l’équipe européenne a fait un retour en force. Elle a égalisé le score avec l’équipe nord-américaine par une victoire de 208-179, qui a été déterminée de nouveau dans le match de skins de 60 points, le dernier jour de la Coupe.

La Coupe Continental de 2004 a eu lieu à Medicine Hat, en Alberta, et encore une fois, comprenait une formation prestigieuse. Cette fois, ce fut l’équipe nord-américaine qui a mené pratiquement depuis le début. Bien que la première journée se soit terminée par une égalité 27-27, l’équipe locale a pris la tête après la deuxième journée, menant 66-42 et a élargi sa marge à 162-118 après la troisième journée.

La dernière journée, Randy Ferbey a battu Peja Lindholm dans la dernière manche et assuré le championnat à l’équipe nord-américaine.

La Coupe Continental s’est ensuite tenue à Chilliwack, en Colombie-Britannique, en 2006. Et quelle formation elle comptait. En fait, tous les médaillés des Jeux olympiques d’hiver 2006 à Turin, en Italie, y ont participé.

Cette fois, ce fut le tour de l’Europe d’égaliser le score à deux Coupes, bien que cette équipe accusait du retard après la première journée, 39-15 et 62-60 après la deuxième journée.

Toutefois, la troisième journée a été couronnée de succès alors que les Européens ont accumulé 114 de 140 points possibles dans le match de skins leur donnant une avance respectable de 180-100 pour la dernière journée, terminant 229-171.

La Coupe Continental 2007, présentée par Monsanto, est retournée à Medicine Hat, les équipes de l’Amérique du Nord et de l’Europe remportant chacune deux victoires dans les classements historiques.

Il y a eu aussi de nouveaux ajouts, dont l’introduction de deux matchs de skins mixtes, valant 20 et 30 points, en complément des trois matchs de skins masculins et des trois matchs de skins féminins, valant à présent 20, 30 et 55 points chacun.

Dans les trois matchs de skins centraux de 30 points de samedi soir, pour les mixtes, femmes et hommes, chaque match s’est décidé à la huitième manche et ils ont tous été remportés par l’équipe nord-américaine. Pour la première fois dans l’histoire de la Coupe Continental, le camp gagnant a été déclaré au terme de la troisième journée.

En 2008, la Coupe Continental de curling, présentée par Monsanto, s’est tenue à Camrose, en Alberta. Compte tenu de la popularité croissante du sport et de l’impact des compétiteurs des pays de la côte du Pacifique, l’équipe européenne a officiellement été désignée équipe mondiale.

Au cours de sa première année de jeu avec son nouveau nom, l’équipe mondiale a réclamé le titre de la Coupe Continental, battant l’équipe nord-américaine par un score de 208-192.

À la suite d’une pause pour les Jeux olympiques d’hiver de 2010, la ville de St. Albert, en Alberta, a accueilli l’édition de 2011 de la Coupe Continental World Financial Group et les deux camps sont parvenus à égalité avec trois victoires chacun.

Dans ce qu’on prévoyait être une épreuve de force classique avec le match décisif en jeu, l’équipe nord-américaine s’est avéré un rabat-joie, s’emparant du titre dès la fin du match de samedi.

Mais, l’équipe mondiale s’est vite remise en 2012 avec une victoire à Langley, en Colombie-Britannique, ramenant la Coupe Continental World Financial Group à une égalité à quatre équipes.

Encore une fois, la victoire s’est décidée dans le dernier match de skins entre Thomas Ulsrud et Jeff Stoughton – avec Ulsrud exigeant un seul point pour s’assurer le titre. Le total de points a donné à l’équipe mondiale un avantage de 235-165.

En 2013, les deux camps se sont affrontés à Penticton, C.-B., au South Okanagan Events Centre. Mais, cette fois, des changements importants ont été apportés au format et au système de points, en vue de rendre l’expérience d’autant plus intéressante, tant pour les concurrents que pour les partisans.

Le système de pointage original a été modifié, pour mettre en jeu un total de 60 points, donc l’équipe qui arriverait à 31 la première serait celle qui sortirait victorieuse de la Coupe Continental World Financial Group.

Mais le plus grand changement s’est fait aux compétitions par équipe. Pour la première fois, les partisans du curling avaient la possibilité de voir trois équipes masculines et trois équipes féminines pour l’équipe mondiale et l’équipe nord-américaine concourir dans un tournoi à la ronde.

Les Nord-Américains ont remporté trois victoires à la dernière ronde des matchs de skins du dernier jour pour remporter le titre 37-23 et se placer dans une position avantageuse de 5-4 dans l’histoire de l’événement.

Une autre page d’histoire a été rédigée en 2014 lorsque la Coupe Continental World Financial Group a été, pour la première fois, organisée à l’extérieur du Canada. Une assistance record de 51 216 partisans a été enregistrée à l’Orleans Arena, à Las Vegas, et les spectateurs ont vu l’équipe nord-américaine l’emporter de nouveau, 36-24 — la première fois qu’une équipe remportait deux titres consécutifs. Les partisans à Las Vegas ont aussi assisté à une avant-première olympique étant donné que toutes les six équipes médaillées des Jeux d’hiver de 2014 à Sotchi étaient présentes.

La Coupe Continental World Financial Group 2015 a pris une nouvelle direction alors que Curling Canada a pris en main l’exploitation de l’événement et a créé pour la première fois une équipe hôte canadienne, affrontant six équipes d’Europe.

Devant les partisans reconnaissants à Calgary, au Parc Olympique Canada, rien ne pouvait arrêter Équipe Canada, qui a enregistré une victoire de 42-18. Équipe Canada a dominé dans les compétitions de skins, terminant l’événement avec 20 des 30 points possibles.

En 2016, la Coupe Continental World Financial Group est retournée à Las Vegas, l’assistance record de 2014 étant dépassée plusieurs mois avant le lancer de la première pierre. L’événement a ramené l’équipe nord-américaine, avec deux équipes américaines de retour au bercail.

Il faut aussi mentionner que les compétitions de matchs simples ont été supprimées en faveur d’un tournoi supplémentaire de doubles mixtes. Cette décision a tenu compte de l’intérêt accru envers les doubles mixtes, grâce à leur inclusion comme sport médaillé aux Jeux olympiques d’hiver de 2018, à PyeongChang, en Corée du Sud.

La compétition de doubles mixtes à Las Vegas comptait des règlements nouvellement adoptés, incluant de la musique jouée sur place entre les tirs, le placement ajusté des pierres déjà placées dans les cercles (à l’arrière du cercle de quatre pieds au lieu de l’arrière du bouton) et la possibilité que les équipes lancent sans qu’un joueur tienne le balai.

L’événement de 2016 a été réduit à un dernier coup angoissant pour la victoire du tournoi. John Morris a exécuté le tir gagnant, effectuant une sortie avec pesanteur des amortisseurs et effet intérieur, et a battu l’équipe de Torger Nergård 3-2, ce qui a suscité une célébration délirante de l’équipe nord-américaine.

L’équipe locale a prolongé sa série de victoires à cinq années consécutives dans la soirée de dimanche à l’Orleans Arena, à Las Vegas, remportant la Coupe Continental World Financial Group 2017, présentée par Boyd Gaming.

Et, les spectateurs, qui faisaient encore une fois salle comble à l’Orleans Arena, sont rentrés ravis des circonstances de la victoire : une sortie double à angle prononcé, tout simplement éblouissante, de Reid Carruthers, de Winnipeg, qui lui a assuré la victoire dans la quatrième manche de son match contre Niklas Edin, de Suède, de l’équipe mondiale, amorçant une célébration effrénée sur glace avec ses coéquipiers nord-américains.

La Coupe Continental World Financial Group est restée en Amérique du Nord après la fin la plus spectaculaire de l’histoire de l’événement, en 2018.

La lutte de quatre jours entre l’équipe mondiale et l’équipe nord-américaineen est venue à un dernier placement au bouton après que les deux équipes terminent à égalité, avec 30-30 comme total de points.