English Abonnez-vous :

Dans la maison : quatre générations ensemble sur la glace

10/23/2013 - Posté par Jean Mills

Les équipes de curling rassemblent des gens de tous les âges et de tous les milieux, mais une équipe consistant en quatre générations, c’est chose assez rare. Or, pour Ray Bullas, sa fille, sa petite-fille et son arrière-petite-fille, c’est une tradition annuelle.

The Fearsome Foursome: Kaylene, Jolene, Wendy and Ray (Photo courtesy W. Bodhaine)

Fearsome Foursome 2010: Kaylene Bodhaine, Jolene Costa, Wendy Bodhaine et Ray Bullas (Photo par W. Bodhaine)

Quand Bullas a pris sa retraite et a déménagé de Brampton, Ont., à Markdale, il n’avait aucune idée sur le curling. Or, cela a changé vite. Franc-maçon et membre de l’ordre Eastern Star, il n’a pas tardé à tisser des liens d’amitié avec ses nouveaux concitadins, et peu après son arrivée à Markdale, un de ses nouveaux amis l’a invité à essayer le curling dans le club local. Coup de cœur.

En avril, 1991, Bullas et ses amis francs-maçons ont décidé d’organiser un tournoi en vue de lever des fonds pour une œuvre de bienfaisance communautaire : l’événement a affiché complet en peu de temps, attirant des membres Eastern Star et leurs familles.

«Il faut rassembler sa propre équipe afin de participer au tournoi,» indique Bullas. «Donc j’ai joué dans diverses équipes au fil des ans. C’est juste pour s’amuser, peu importe si on gagne, perd ou finit en match nul!»

Et Bullas est arrivé à mettre ensemble une équipe très spéciale.

Après que son père avait pris sa retraite, Wendy Bodhaine a entendu parler de ses exploits de curling, et elle a pensé «ah bon, je me souviens d’avoir essayé moi-même ce sport, à l’école secondaire.»

Ses enfants ayant grandi, elle et son époux Joe avaient un peu plus de temps libre, et une occasion est survenue pour renouer avec le curling.

«J’ai dit a Joe qu’il avait le choix : soit des leçons de danse sociale, soit le curling. Sans hésiter, il a répondu : ‘Allons curler!’»

Ils sont devenus membres du club de curling Chinguacousy et, avec des amis, ils ont participé au tournoi Eastern Star de son père.

«Nous étions confiants que nous allions écraser mon père et les autres retraités qui participaient au tournoi Eastern Star,» rappelle Bodhaine. «Bon, ils nous ont donné une leçon ou deux; ils nous ont battus à tous les matchs.»

En 2010, Bodhaine a passé le relais en inscrivant sa petite-fille, Kaylene Bodhaine, 12 ans, au programme Little Rocks du club Chinguacousy. Et cela a semé les grains d’une idée : rassembler une équipe familiale pour le tournoi Eastern Star. Elle a recruté la maman de Kaylene, Jolene Costa, et elle a demandé à son père s’il accepterait de faire partie de cette équipe avec les enfants.

«Évidemment, j’ai répondu que oui,» affirme Bullas. Il a pris le rôle de premier; Jolene (qui ne curle pas habituellement) a joué en deuxième, avec Kaylene comme capitaine et la grand-mère, Wendy, en troisième.

Les organisateurs ont été ravis d’accueillir ce quatuor baptisé « Fearsome Foursome», raconte Bullas; or il n’a rien dit sur l’aspect des quatre générations qu’après la remise des prix.

«Cette nouvelle les a laissés bouche bée,» dit Bullas. «Ils nous ont offert de belles félicitations.»

The Easter Star Bonspiel 2011 (Photo courtesy Wendy Bodhaine)

Le tournoi Eastern Star 2011 (Photo par Wendy Bodhaine)

Depuis lors, l’équipe a contesté trois fois le tournoi Eastern Star, et ils sont en train de se préparer au tournoi de cette année.

«C’est une super sortie en famille : beaucoup d’action, de la bonne bouffe, des boissons, des rires et de beaux souvenirs,» indique Costa, la petite-fille de Bullas. «À chaque année, j’ai hâte de participer à ce tournoi; c’est une date importante dans mon calendrier.»

«Pour moi, le plus beau, c’est regarder la fierté qu’éprouve et exprime mon père,» remarque Bodhaine. «Cette journée lui procure une joie inestimable. À la fin de la journée, nous invitons papa à présenter l’équipe, et quand il annonce que sa petite-fille est deuxième et son arrière-petite-fille est capitaine, il porte un sourire à fendre les oreilles.»

Quant à Kaylene Bodhaine, la plus jeune de l’équipe «Fearsome Foursome», et qui se fait remarquer au niveau provincial en catégorie filles bantam – son équipe l’a emporté au niveau régional la saison dernière – l’occasion de jouer aux côtés de sa mère, sa grand-mère et son arrière-grand-père, c’est quelque chose de très spécial.

«J’adore ce sport et je me plais tellement à participer à ce tournoi,» dit-elle. «Il n’y a pas beaucoup de jeunes qui pratiquent un sport en compagnie de leur arrière-grand-père.»



Vidéos récentes

Publicité

Nos galleries de Flickr


Cliquez ici pour accéder à nos galeries Flickr