Tous les articles / Nos championnats / Le Canada a donné à Officer un cadeau d’adieu: la médaille d’or au Championnat mondial Ford de curling féminin

Le Canada a donné à Officer un cadeau d’adieu: la médaille d’or au Championnat mondial Ford de curling féminin

NORTH BAY (Ontario) – Jennifer Jones et Équipe Canada a remporté le Championnat mondial Ford de curling féminin en 11 manches dimanche et c’était presque un cadeau d’adieu à Jill Officer, une deuxième de longue date.

2018 Les champions du monde de curling féminin Ford, de gauche à droite, l’entraîneur Wendy Morgan, la remplaçante Shannon Birchard, la meneuse Dawn McEwen, la deuxième Jill Officer, la vice-capitaine Kaitlyn Lawes et la skip Jennifer Jones. (Photo, Curling Canada / Michael Burns)

Lorsque la dernière pierre de la championne olympique Anna Hasselborg a glissé sans rien toucher en dehors des cercles a donné à Jones, Officer, la troisième Kairlyn Lawes et la joueuse de tête  plomb Dawn McEwen une victoire de 7-6. Le quatuor s’est étreint et a retenu ses larmes alors le Memorial Gardens, plein à ras bord, a éclaté en célébration.

« Je suis tellement ravie de pouvoir me tenir sur la plus haute marche du podium avec ces filles une fois de plus », a déclaré Jones après que l’équipe a remporté son deuxième Championnat du monde, le premier fut en 2008. « J’adore (Officer) à mort et maintenant elle se retire comme championne du monde et nous avons contribué à cet exploit; j’en suis très heureuse. »

Officer a annoncé qu’elle ne sera pas de retour avec l’équipe l’année prochaine. Elle a, toutefois, encore deux tournois du Grand Chelem à jouer avec elles.

« Je ne sais même pas si j’ai les mots pour le décrire, je ne peux pas croire à cette fin de ma carrière, » a déclaré officer en retenant ses larmes.

« Incroyable », a déclaré Jones de remporter un deuxième titre mondial. « Juste cette foule et l’atmosphère et toutes nos familles sont ici et le dernier Mondial de Jill, on ne pouvait pas vraiment peindre une meilleure toile. Être championnes du monde, nous avons pu le faire deux fois. Et gagner les Jeux olympiques, nous nous sentons tellement privilégiées de l’avoir accompli et plus tard  au Canada. »

Jennifer Jones et son coéquipier de longue date Jill Officer célèbrent leur victoire dimanche. (Photo, Curling Canada / Michael Burns)

Jouer devant une foule bruyante et enthousiaste de 3 919 (assistance totale pour l’événement était 69 391, établissant un record pour un Mondial organisé par le Canada), il a fallu à Jones quatre bouts de lancers incertains, de placements et de coups à moitié ratés pour enfin obtenir le deux-points qu’elles recherchaient.

Il y avait une éruption soudaine, mais brève de points marqués par la Suède, trois au 5e et le Canada a rebondi avec deux au 6e. Après avoir forcé la Suède à en prendre un au 7e, le Canada blanchi le 8e, en a marqué deux au 9e et ça pointait vers une victoire au 10e. Mais Hasselborg, montrant pourquoi elle est la championne olympique a réussi une brillante dernière pierre, a inscrit deux points au 10e, forçant une manche supplémentaire.

« J’aimerais mieux perdre une finale quand on joue très bien, » Hasselborg a dit de son équipe. « Je suis extrêmement fière de mes filles et comment elles ont performé toute la semaine. Nous sommes venues à North Bay directement des Jeux olympiques; nous avons démontré qu’il est possible d’arriver à une finale après les Jeux olympiques. Je suis vraiment fière de la performance de mon équipe. Nous savions que ça allait être un match difficile parce qu’elles avaient le marteau au 1er bout. Nous nous sommes rendues en prolongation et j’en suis assez fière. »

C’était un match digne de deux équipes championnes olympiques. Jones et Cie ont gagné en 2014 et l’équipe de Hasselborg a gagné cette année. Curieusement, le match se termine sur les coups ratés consécutifs des skips. Jones n’a pas passé la ligne du cochon dans sa tentative de mettre une garde et Hasselborg raté son lancer, mais les deux lancers étaient sur le côté gauche de la piste où aucune équipe n’avait beaucoup joué.

Un câlin médaillé d’or pour Jennifer Jones, à gauche, et Kaitlyn Lawes. (Photo, Curling Canada / Michael Burns)

« Je l’ai lancé parfaitement. On n’a pas mis le balai au bon endroit. C’est une supposition. On n’avait pas lancé de ce côté. Je pensais vraiment que c’était là. Mais c’est un sentiment incroyable de jouer devant cette foule. La seule chose qui aurait surmonté cela, c’était la victoire. »

Jones, Lawes, officier, McEwen, la remplaçant Shannon Birchard et les entraîneurs Wendy Morgan et Elaine Dagg-Jackson, ont terminé au premier rang dans les préliminaires à 12-0 et ont battu les États-Unis, 9-7 en demi-finale.

Hasselborg, secondée par la vice-skip Sara McManus, la deuxième Agnes Knochenhauer, la joueuse de tête Sofia Mabergs, la remplaçante Jennie Wåhlin et les entraîneurs de Maria Prytz et Peja Lindhom, ont terminé à 10-2 dans le tournoi à la ronde et ont battu la Russie, 7-6 en demi-finale.

Officer qui se retire a été nommée la lauréate 2018 du prix Frances Brodie voté par les joueuses. Nommé en l’honneur de la femme qui a été la responsable de la création du premier Mondial de curling féminin en 1979, le prix est décerné à la joueuse qui a le mieux illustré les valeurs traditionnelles de curling, l’amitié, le franc-jeu, l’honnêteté, la compétence et l’esprit sportif. »

Officer est seulement la deuxième Canadienne à remporter le prix, car il était introduit en 1989. Allison Kreviazuk l’a reçu en 2014.

« C’est très honorant et très spécial que mes pairs me regardent comme ça parce que, pour moi, c’est une des choses les plus importantes, » a déclaré Officer.

Victoria Moiseeva de la Russie a remporté la médaille de bronze plus tôt dans la journée, marquant deux points au 10e pour battre Jamie Sinclair des États-Unis, 6-5.