Tous les articles / Nos nouvelles / Médaille d’or pour les Canadiennes à Pékin

Médaille d’or pour les Canadiennes à Pékin

PÉKIN — Pour Rachel Homan et Équipe Canada, la patience a été récompensée.

Par une belle matinée de printemps à Pékin, Homan et son quatuor ottavien ont mis fin à une longue période de frustration pour les équipes portant la feuille d’érable, triomphant 8-3 sur la Russe Anna Sidorova au match pour la médaille d’or du Mondial CPT 2017 de curling féminin, présenté par Ford du Canada.

Les champions du monde, à gauche, l’entraîneur Adam Kingsbury, Cheryl Kreviazuk, Lisa Weagle, Joanne Courtney, Emma Miskew et Rachel Homan. (Fédération mondiale de curling, Céline Stucki)

La dernière fois où le Canada en était sorti avec une médaille d’or a été en 2008 quand Jennifer Jones avait prévalu à Vernon, C.-B., et quoique Homan elle-même soit montée au podium à deux reprises au fil des années récentes – médaillée de bronze en 2013, vice-championne en 2014 — la médaille d’or était restée hors de la portée des Canadiennes.

De même pour le droit de s’appeler championnes du monde.

«Ça me plaît tellement de prononcer ces mots,» a affirmé Homan, dont l’équipe est complétée par la vice-capitaine Emma Miskew, deuxième Joanne Courtney, première Lisa Weagle, la remplaçante Cheryl Kreviazuk, l’entraîneur de l’équipe Adam Kingsbury et l’entraîneure nationale Elaine Dagg-Jackson. «Mon équipe a travaillé si fort pour en arriver ici; ça fait quatre fois où nous participons au Mondial (incluant un Mondial junior en 2010, où son équipe a gagné la médaille d’argent) et nous sommes vraiment emballées de gagner la médaille d’or pour le Canada et mettre fin à cette longue période sans un titre. Nous voulions vraiment récolter la médaille d’or cette année et affirmer la puissance de notre nation pour aborder l’année olympique – peu importe qui représente le Canada en 2018.»

Équipe Canada discute des options de tir lors du triomphe de la médaille d’or du dimanche. (Photo, Fédération mondiale de curling / Céline Stucki)

Ce fut une victoire historique dans plusieurs sens : cette médaille d’or met fin à la plus longue période (huit ans) où le Canada est allé sans titre au Mondial; en plus, Homan et son équipe sont les premières sur l’histoire de 39 ans de cet évènement à réaliser un dossier parfait 13-0 en route vers la plus haute marche du podium.

Mais le dossier parfait était seulement la cerise sur le gâteau, au dire de Homan, 27 ans.

«Nous tenions simplement à gagner la médaille d’or pour le Canada, peu importe le chemin emprunté pour y arriver,» a-t-elle dit. «C’est la chose la plus importante, et maintenant nous allons arroser la victoire.»

Homan et sa bande ont apporté un jeu magistral à la finale contre une équipe russe qui n’avait jamais vaincu les Ottaviennes à leurs neuf affrontements précédents au Mondial et à d’autres évènements du circuit.

Après avoir annulé le premier bout, le Canada a déployé une approche qui avait marché tout au long de la semaine, se mettant à l’attaque en vue d’inscrire des points multiples au deuxième bout, et encore une fois, cette stratégie a marché. Avec un marqueur établi au cercle des quatre pieds, Courtney et Weagle se sont surpassées au balayage pour attirer le placement de Homan juste assez loin pour marquer le deuxième point capital et prendre les devants.

Au bout suivant, deux excellents tirs de la part de Homan ont mis Sidorova dans le pétrin, et sa tentative de sortie indirecte a trop courbé. Le Canada a volé un point pour mener 3-0.

Après un quatrième bout blanchi, les Russes ont enfin marqué un point – un seul – au cinquième bout.

Les Canadiennes ont donné le coup de grâce — une courte sortie montée de la part de Courtney a enfoncé le dernier clou dans le cercueil russe, et après que la tentative de Sidorova de lancer à contournement dans le cercle des quatre pieds a fini par effleurer une pierre canadienne, Homan a exécuté un frappé délicat pour enregistrer trois points, ce après quoi il y a eu peu de conjecture quant au dénouement de la partie.

Lisa Weagle, à gauche, et Joanne Courtney examiner leurs bijoux championnat du monde. (Photo, Fédération mondiale de curling / Céline Stucki)

«Nous tenions à faire comme nous avions fait au tournoi à la ronde, et ne pas trop réfléchir à ce qui était en jeu,» a dit Miskew. «Puisque cette médaille d’or pèse lourd. Nous sommes allées sur la piste et nous avons fait pression sur nos adversaires, et nous les avons amenées à faire les erreurs escomptées.»

C’est la 16ème médaille d’or pour le Canada, qui compte le plus grand nombre de victoires de toutes les nations au Mondial de curling féminin. La Suède occupe le deuxième rang avec huit victoires à son compte, et la Suisse est en troisième place avec six titres.

«Il est vraiment dur de décrire l’énormité du sentiment, le fait que nous sommes championnes du monde,» a déclaré Homan. «Je regarde le Mondial à chaque année depuis l’âge de huit ans, et le fait de monter au podium et entendre notre hymne national, rien de meilleur.»

Alors qu’il reste encore onze mois avant le coup d’envoi des Jeux Olympiques d’hiver 2018 à Pyeong-Chang, Corée du Sud, Homan et ses coéquipières ont déjà indiqué, ici à Pékin, que le Canada sera en lice pour une médaille de curling féminin. Cela dit, Homan et ses collègues auront encore à se payer le droit de représenter leur pays et ce, aux Essais canadiens de curling 2017 Tim Hortons Roar of the Rings, au mois de décembre prochain, au Centre Canadian Tire à Ottawa.

«Nous avons abordé ce match en pensant que ça pourrait servir de répétition générale pour l’an prochain, dans le sens de l’ampleur de l’évènement, le niveau de pression, la solidarité de l’équipe,» a indiqué Courtney, qui n’avait pas été membre de l’équipe de Homan aux Mondiaux 2013 et 14 (elle a remplacé Alison Kreviazuk, la sœur de Cheryl, en saison 2014-15). «C’est certainement d’une grande motivation pour la saison prochaine. Nous allons continuer à bosser, à rester concentrées – nous avons un bel élan à présent.»

Plus tôt dans la journée, l’Écossaise Ève Muirhead a gagné la médaille de bronze dans un affrontement électrisant. Affichant un déficit 4-3 après sept bouts de jeu contre la Suédoise Anna Hasselborg, l’Écosse a volé des points aux huitième, neuvième et dixième bouts pour triompher 6-4.

En plus, la capitaine de l’équipe chinoise, Bingyu Wang, a reçu le Prix Frances Brodie d’esprit sportif; la récipiendaire de ce prix est votée par la collectivité des compétitrices au Mondial.

Le Mondial Ford 2017 de curling masculin, présenté par Service Experts, se met en branle samedi à Edmonton, au Colisée Northlands. Le Canadien Brad Gushue amorcera le tournoi contre le Suisse Peter de Cruz à 14h00, heure des Rocheuses.

Le Mondial Ford 2018 de curling féminin se tiendra du 17 au 25 mars à North Bay, Ont.