Tous les articles / Nos histoires / Canada vs. Slovakia: Une autre victoire!

Canada vs. Slovakia: Une autre victoire!

Jamie Anseeuw, 58 ans, a passé tout son temps cette semaine en regardant jouer ses coéquipiers d’Équipe Canada à partir du banc des entraîneurs.

Il s’occupait à chronométrer, observer les lancers, et prendre des notes; en tant que remplaçant, son devoir est d’être prêt à prendre la relève tout de suite si un de ses collègues tombe malade ou subit une blessure.

Alternate Jamie Anseeuw got into the game vs. Slovakia and helped Canada to a 9-5 win. Photo: Brian Chick - Curling Canada

Alternate Jamie Anseeuw got into the game vs. Slovakia and helped Canada to a 9-5 win. Photo: Brian Chick – Curling Canada

Puisqu’il est fort probable que tout un tournoi s’écoule sans que cela ne se passe, il est normal d’inviter le remplaçant sur la glace si le pointage indique une victoire écrasante pour l’une ou l’autre des équipes.

«J’étais très contente de monter sur la piste,» a dit Anseeuw, qui a fait son entrée dans le jeu en cinquième manche, alors que le Canada affichait une avance 7-0 contre la Slovaquie. «Nous avions un avantage considérable, donc on m’a donné le feu vert.»

Anseeuw, le plus âgé des Paralympiens sur l’entière Équipe Canada, n’a pas lancé une pierre sur les pistes de compétition depuis la dernière séance d’entraînement officiel, vendredi passé.

«J’avais les nerfs un peu en boule,» a-t-il dit. «C’était un démarrage à froid, à mi-chemin de la partie. J’ai fait de mon mieux.»

Étant donné l’écart de sept points, il était fort probable qu’Anseeuw ne jouerait que deux manches, que cela finirait par être une victoire écrasante, et la Slovaquie tendrait la main. Mais ce n’était pas le cas. Lentement mais sûrement, au fil des trois manches suivantes, la Slovaquie a remonté la pente.

«Je savais que cela irait mieux, que je me calmerais après mes premiers lancers,» a indiqué Anseeuw. «Je jouais de mieux en mieux au fur et à mesure que le match progressait. Du point de vue de l’équipe, il est dur d’avoir un grand avantage et de le voir disparaître … Mais nous nous sommes débrouillés, comme c’est notre habitude.»

En vertu de cette décision 9-5, le Canada affiche maintenant 7-2, suffisant pour se garantir un bris d’égalité au tout minimum. Étant donné qu’il y a trois équipes qui talonnent le Canada au pointage, avec 4 gains à leur compte, il reste encore trope de permutations pour être plus spécifique.

Une chose est certaine, cependant : un autre gain payerait au Canada une qualification aux éliminatoires. S’il gagne à ses deux matchs de jeudi, il pourrait éventuellement accaparer le premier rang au classement pour clôturer le tournoi à la ronde.

«L’objectif était d’accéder aux éliminatoires, et nous sommes tout près, donc c’est merveilleux.»

Une autre victoire serait d’autant plus douce pour Anseeuw que non seulement serait-ce une qualification aux éliminatoires, ce serait une autre possibilité de jouer pour le Canada.

«J’espère vraiment qu’ils gagneront la partie du matin. Comme ça je pourrais peut-être jouer un match entier en après-midi, y compris l’échauffement. C’est tout ce que je pourrais demander.»

Le Canada s’affronte prochainement à l’Allemagne à 9h35 heure locale (20h35 HE) et à la Finlande à 14h35 heure locale (01h35 HE). Les matchs se diffusent en temps réel au cbcsports.ca.